Le paysage vu de Terre Pure,  le Mont Valier été et hiver

Programe 2022

journée découverte de plantes sauvages comestibles et médicinales

avec Anne Mathon

dimanche 5 juin

​​

une journée de Yoga et yoga du son

avec Christine Marchyllie

Dimanche 19juin

nyoung nai

avec le Vénérable moine Charles

du lundi 20juin soir au jeudi 23juin matin

stage yoga nidra

avec Patrick Vigneau

du 14 au 19 aout.

retraite vipassana

avec Philippe DAVID

Du 27 août au soir au 3 septembre matin

 

 renseignements :05 61 96 87 09
assocterrepure@gmail.com

quelques infos sur le programme

Stage Herboristerie avec Anne Mathon le dimanche 5 juin de 10 à 17 h

 

Anne est productrice de plantes médicinales et aromatiques. Formée au Québec
dans une école d'herboristerie traditionnelle ainsi qu'auprès de maîtres herboristes français, elle
propose dans sa boutique de plantes à Saint Lizier une large gamme de produits issus de
l'herboristerie (tisanes, onguents, fleurs de Bach etc.) et enseigne sa passion dans des ateliers, stages et conférences. "

 

Pour le contenu du stage :

" Durant ce stage, vous découvrirez les plantes majeures de l'herboristerie traditionnelle ainsi que plusieurs comestibles sauvages à travers des ballades de reconnaissance dans un cadre enchanteur. Les sens seront à l'honneur : toucher,  sentir, goûter les plantes comestibles qui vous entourent. Vous apprendrez aussi à faire plusieurs transformations de plantes simples comme un baume cicatrisant pour la peau à partir des plantes du lieu."

 

pour le Déjeuner : chacun peut apporter un plat que nous mettrons en commun et qui sera agrémenté de plantes comestibles. Si vous préférez ou que vous n’avez pas le temps vous pouvez aussi commander un repas (10€)

une journée Yoga le 19 juin :

Le programme :

10h yoga et yoga du son

11h30 méditation dans la salle de méditation

et l'après midi 14 h marche méditative

et 15 h- 16h30 yoga et yoga du son

(Yoga du son : tour vibratoire et mantra)

coût : 25€

repas auberge espagnole, ou 10€ le repas pour celles ou ceux qui le souhaitent,

si vous souhaitez arriver la veille,

réservation de l'hébergement auprès d'Annick (assocterrepure@gmail.com)

 Participation financière reversée intégralement à l'association Terre pure :

association d'aide en Inde et au Népal,

dans un lieu idéalement placé, avec vue sur les montagnes, à Soulan en Ariège,

Christine prend les inscriptions (il reste 4 places)

Christine Marchyllie : 06 88 98 39 6   https://ifry.yoga

le Nyoung nai avec le Vénérable Charles :

 

Le nyoung-nè est une pratique intensive de purification des karmas négatifs accumulés par le corps, la parole et l’esprit. Chacun dure deux jours et associe la pratique de Tchènrézi à 1000 bras (Bouddha de la Compassion) à l’observance du jeûne et du silence.

Pour s’engager dans cette pratique, il est préférable d’avoir pris les vœux de refuge et si possible, d’avoir reçu une initiation complète (tib. wang) du kriya tantra ou au minimum, d’avoir, du fond du cœur, foi dans le Bouddha et ses enseignements,

Vous êtes cependant bienvenus si vous avez simplement du respect pour Tchenrézi qui représente la compassion et la sagesse.

Il est dit que faire 8 nyoung-nès consécutifs ferme la porte d’une renaissance dans les enfers. 

La première session commençant à 5h du matin, il est conseillé d'arriver la veille donc le lundi 20 juin)

Il est cependant possible de ne de ne venir qu’une journée ou même de ne participer qu’à une seule session (qui dure entre 2 et 3 heures) .

Début des sessions : 5 h, 10 h et 17 h

Il y aura une courte explication de la pratique le mardi après le dîner.

Forfait hébergement pour cette pratique : 3 nuits + les repas (le repas du du lundi soir, du mardi + le petit-déjeuner copieux du jeudi) : 30 € en camping, 35 € en dortoir , 40 € en caravane , 45 € en chambre

Le premier jour (le mardi) il n'y a que le déjeuner, le second jour est celui du jeûne, et le jeudi 23 juin le nyoung né se terminera vers 9 h par un petit déjeuner copieux.

L'adhésion est de 15 euros pour l'année  pour les non adhérents il faut ajouter 3 euros (pour les 3 nuits)
Participation libre pour les frais du nyoung né mais des offrandes pour la pratique (jus de fruits, biscuits sans œufs, bougies…) sont bienvenues… et un don au Vénérable Charles.

Le nyoung nai vient de la tradition de la nonne pleinement ordonnée Gélongma Palmo (Bhikshuni Lakshmi) qui vécut approximativement au X ème ou Xi ème siècle en Inde. En s'en remettant à Tchenrézi (Avalokiteshvara) elle put se guérir de la lèpre, voir Tchenrézi de manière directe et en recevoir enseignements et initiations. Elle obtint l'éveil en cette vie et inspira de nombreux êtres à pratiquer le Dharma.

 

Gelongma Palmo (Skt. Bhishuni Lakshmi ou Bhikshuni Shrimati) est une grande Yogini du bouddhisme tantrique. Elle a introduit la pratique Nyoung nay, qui est une pratique spéciale de jeûne de purification et d'accumulation de mérites basée sur Avalokiteshvara, le Bouddha de la Grande Compassion.
Elle fut une princesse d'un royaume antique indien. Grâce à une pratique dévouée et étendue d 'Avalokiteshvara à Mille bras durant douze années, Gelongma Palmo a été guérie de la lèpre et a atteint l'illumination. Par la suite, elle a adopté les méthodes et les bénédictions de cette pratique connue sous le nom Nyoung nay et l'a transmise à travers une lignée de grands pratiquants qui continue à ce jour.

Cette pratique intensive implique de maintenir les huit préceptes du Mahayana c'est-à-dire s'abstenir de :

- pour le premier jour

tuer -même un insecte- voler, avoir une inconduite sexuelle, mentir, prendre des intoxicants, utiliser des sièges hauts ou luxueux -en fait ne pas être orgueilleux-, chanter, danser -ne pas avoir de distraction dans sa pratique- porter des ornements et manger après midi)

- et en plus pour le second jour les vœux supplémentaires de ne pas manger, boire ou parler pendant vingt-quatre heures (jusqu'à l'aube du troisième jour, donc le lundi).

Les sessions de méditation et de pratique comprennent visualisations, louanges, prosternations et récitation de mantras...

pour ceux qui ne connaissent pas Charles voici un lien vers une  vidéo :

https://www.youtube.com/watch?

 

14 au 17 août:méditation du coeur/ Yoga Nidra

«Traditionnellement il est dit que le but du yoga est d’unir le moi au Soi. Les effets du yoga sont d'atteindre un état d'être intérieur de sérénité, d’harmonie, de joie, d’amour, de communion avec ce qui nous entoure et avec l'Absolu. En ce sens la sophrologie transpersonnelle est un yoga, un yoga intégral qui inclut toutes les activités de la vie et les sept plans de conscience. Cette voie vécue dans son intégralité conduit à une évolution transformatrice de la conscience.
Ce “phénomène” évolutif se produit lorsque l’âme individuelle, jivatma, découvre qu’elle n’est pas séparée de la conscience universelle, Brahman, mais qu’elle est constitué de la même essence.
Nous avons la possibilité et même le potentiel pour participer activement à ce travail d’évolution de la conscience. Déjà en commençant par trouver un équilibre et un certain bonheur en cette vie, et en s'engageant dans une sadhana (une discipline de pratiques). » 

inscriptions auprès de Patrick : bienenpaix@gmail.com ou 06 83 50 08 06

 

  • Retraite Vipassana avec Philippe David du 27 août au soir au 3 septembre matin

Le premier jour : Installation entre 14h00 et 18h00 - à 19h00 dîner - à 20h00 introduction et première session.

Tous les autres jours :

5h30 Réveil

6h-7h Préliminaires et session

7h-8h15 Petit déjeuner et pause

8h15-9h Marche

9h-9h45 Assise

9h45-10h15 Pause

10h15-11h Marche

11h-11h45 Assise

12h-13h45 Déjeuner

13h45-14h30 Marche

14h30-15h15 Assise (+Vendredi lecture de soutra)

15h15-16h Pause

16h-16h45 Assise (Vendredi une assise plus longue avec coupure)

16h45-17h15 Pause

17h15-18h Assise

18h-19h15  Dîner

19h15 Enseignement, assise et dédicaces

 

Le dernier jour : 05h30 réveil - 06h00 conclusion et dernière pratique - 07h00 petit déjeuner.

 

Qu'est ce que vipassana ?

« Vipassana est une remise en question de notre zone de confort »

L'image mentale d'un collègue, le ressenti de la torpeur, le chant d'un oiseau, tant de phénomènes sont perçus par l'esprit, tous au sein de l'esprit. Des sensations agréables ou désagréables en résultent. Elles sont issues du karma, mais l'esprit, les attribuant au phénomène, s'engage, espérant développer le bonheur et éviter la souffrance. Les objets deviennent concrets, les perturbations se développent et nous aliènent : le karma et la souffrance continuent à se développer.

Vipassana permet un changement de ces habitudes; il permet une observation des expériences de l'esprit, sans aucun engagement, ce qui ouvre un champ de liberté. Les phénomènes se découvrent, nous disent leur nature et l'esprit se révèle.

Vipassana signifie "vision pénétrante" en pali, langue ancienne de l'Inde. C'est un élément essentiel de l'enseignement du Bouddha.

La méditation vipassana est dite non conceptuelle :
On ne s'accroche pas aux concepts (image, musique, etc.).
On ne met pas en oeuvre d'antidote. Nous observons ce que nous considérons comme des obstacles, leur effet sur l'esprit et sur le corps, leur énergie particulière, en les observant sans se laisser entraîner par eux mais sans non plus les repousser.
En les observant objectivement, nous apprenons leurs natures, ils disparaissent. Le plus souvent nous sommes pris, emportés par ces expériences, notre esprit est dominé, il est alors difficile d'avoir une vue claire des choses.
Cette technique remonte aux origines du bouddhisme, les résultats apportés ont été décrits par le Bouddha. Elle est extraordinaire par sa simplicité, son absence de dogme et surtout par les résultats qu'elle permet d'atteindre. Au lieu d'une image de soi soigneusement sélective, le méditant se trouve face à la vérité toute nue.

Vipassana et pleine conscience

On peut distinguer trois modes d’attention :
Celle où l’esprit porte attention et se stabilise sur l’objet conceptuel donc stable ; Aucune autre expérience n’existe dans l’esprit autre que l’objet. C’est un mode concentration, shiné.
Celle où l’esprit est attentif à un phénomène qui peut être impermanent tout en restant ouvert à toute expérience, l’attention non conceptuelle à l’objet, permet l’ouverture aux expérience avec une diminution radicale de la saisie. Les sens s’ouvrent progressivement, les uns après les autres, l’expérience est une expérience de pleine conscience. C’est un mode vipassana. Cet équilibre entre l’attention portée et l’ouverture est un point de base de vipassana.
Celle où il n’y a plus d’attention portée à un phénomène, l’esprit est la simple perception, une ouverture totale sans construction mentale. C’est le mode mahamoudra.

Comme le dit Sa Sainteté le Dalaï Lama en prenant l’analogie du tir à l’arc :
shiné on est focalisé sur la cible.
vipassana on s’intéresse à la dynamique en observant l’arc.
mahamoudra on perçoit simplement l’arc toutes les flèches et la cible.

Différents types de retraites vipassana

Différenciation sur l’objet
Les quatre objets que nous proposons dans les retraites durant la méditation, sont le corps, les sensations, l’esprit et les états d’esprit. Ces quatre objets sont analysés comme étant insatisfaisants (de nature de la souffrance), impermanents et sans existence intrinsèque).
Différenciation sur les activités
Nous proposons des marches méditatives, des pratiques durant les repas, etc. La multiplication de ces pratiques diverses, permet une meilleure intégration de l’équilibre méditatif et permet la compréhension de l’intégration de la pratique dans la vie courante.

Déroulement des retraites

Ces retraites, durant lesquelles vous sont données des explications sur les techniques sont, dans la mesure où les conditions climatiques le permettent, construites sur l'alternance de méditations assises et de marches méditatives. Au fur et à mesure de l'avancée de la retraite, qui se déroule dans le silence, les pratiques de méditation assise évoluent vers des champs de plus en plus subtils : Les sensations, l'état d'esprit, les perceptions et la nature de l'esprit.

Conditions de participation

Cette retraite est ouverte à toutes les personnes intéressées, y compris non bouddhistes. Les discours du soir sont sur une base bouddhiste, ils sont non dogmatiques. Si l'expérience de la méditation est un plus, la capacité à respecter la discipline d'une retraite est majeure, son absence peut induire une difficulté en début de retraite.Les sessions se déroulent de 06h00 à 21h00, des pratiques individuelles pouvant prolonger la journée. La participation à cette retraite suppose le maintien en silence durant la période. Toutefois le guide rencontre les participants individuellement, et répond par ailleurs aux questions formulées par écrit.

Qui est Philippe David ?

Philippe David, gestionnaire de projet en systèmes de sécurité incendie à la ville, guide des retraites de Vipassana au centre Kalachakra de Paris depuis février 2018. Il raconte son parcours de

méditant :

 

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la méditation ?

Vers l’âge de 35 ans, j’ai commencé à me tourner vers la spiritualité à travers des lectures. Il y

avait une souffrance omniprésente et très profonde ainsi qu’un constat d’insatisfaction et de

frustration chez moi. J’étais attiré par les valeurs bouddhistes telles que la compassion, la

générosité, la sagesse, l’amour... et j’étais ému chaque fois que je voyais le Dalai lama à la

télévision. J’ai compris plus tard que c’était déjà une purification qui s’enclenchait.

Je me suis nourri de lecture comme Alexandra David Neel, Pema Chödron et autres, mais aussi

Eckart Tolle et même des ouvrages plus liés au développement personnel, qui fleurissent pour

aider les gens sur « prendre la parole en public sans avoir peur », « ne soyez plus timide »...

Des réflexions sur le fait que notre bonheur ne peut venir que de nous-même m’ont amené vers

cet exercice solitaire de la méditation. Il m’a fallu plusieurs années à m’imprégner de lectures pour

m’inspirer. J’avais 40 ans, et cela correspondait avec la séparation d’avec ma compagne et de mes

enfants. Cela a remis des choses en question : j’avais une certaine perception de moi-même et

confronté à l’évènement je me suis rendu compte que je ne me connaissais pas ! J’ai donc décidé

qu’à partir de ce moment, je travaillerais sur une chose, à savoir répondre à la question : qui suis-

je ?

 

J’ai commencé par me poser, assis, c’était déjà bien, il y avait l’appel de l’intérieur. Or, je ne savais

pas si c’était de la méditation que je faisais, alors je me suis mis à chercher des centres où je

pouvais apprendre à méditer.

Pourquoi avoir choisi le centre Kalachakra ?

J’avais l’impression que c’était un centre fait pour les occidentaux. Les programmes me semblaient

beaucoup plus ouverts et éclectiques qu’ailleurs.

Dans les autres centres que j’ai visités, je ne comprenais pas de quoi l’on parlait. Les valeurs du

bouddhisme m’attiraient mais je ne me retrouvais pas dans les programmes, avec tous ces mots

tibétains, sans traduction, cela me paraissait destiné à des initiés. J’ai donc choisi de suivre un

atelier de méditation à Kalachakra pour voir si je m’y prenais bien dans mes débuts à la maison...

C’était en 2009.

 

J’avais, à ce moment-là, la compréhension que j’étais envahi de pensées et voulais sortir de cela.

Je voyais un peu que c’est ce qui me rendait malheureux. Je ne voulais pas suivre d’enseignement

car pour moi cela ramènerait des pensées sur mes pensées, et donc n’allait pas me soigner... Et

j’avais lu tant de livres, il était temps de me mettre à la pratique !

J’ai vu un week-end d’introduction à Vipassana sur le programme et me suis dit « c’est ça qu’il me

faut ! ». Je ne savais pas exactement de quoi il s’agissait, mais ce n’était pas analytique. J’y suis

allé et j’ai enchaîné sur une première retraite en février 2010.

Comment s’est passée votre première retraite ?

La première partie fut très difficile. Je sentais une très grande colère et le silence m’empêchait de

l’exprimer. Je voyais des mantras à table, l’enseignement du soir auquel je ne comprenais rien...

On m’avait dit que c’était non conceptuel, et je me retrouvais face à ce langage bouddhiste,

comme fermé, incompréhensible.

Puis on a abordé l’impermanence des perturbations et j’ai vu l’impermanence de la colère. Je l’ai

vue disparaitre. Et une grande joie par rapport à ce que j’étais en train de découvrir est apparue.

C’était très important pour moi, ça représentait la liberté!

Vipassana est devenue votre pratique ?

Oui, j’ai entrepris une pratique quotidienne dès 2010 et je fais au moins une retraite par an depuis.

La pratique permet de voir si l’on est dans les clous. Par exemple, je me suis rendu compte au bout

de quelques temps que je n’étais pas du tout en recul. J’étais plutôt dans l’analyse du pourquoi du

comment, mais la pratique étant installée, ce genre de compréhensions me portaient et me

nourrissaient.

Peu à peu j’ai noté une simplification dans mon rapport avec les choses. Avant, je remplissais mon

agenda d’occupations pour ne pas être en contact avec moi-même. A force de voir comment

l’esprit fonctionne, l’on peut éviter de nourrir l’ego, et ainsi diminuer la souffrance.

Vipassana, c’est aussi une remise en question de notre zone de confort. J’ai donc décidé de suivre

des retraites dans d’autres lieux, dans des environnements inconnus qui me faisaient travailler

d’autant plus.

Le fait d’entendre différentes façons de guider, des mots autres, m’a apporté une compréhension

plus effective de cette pratique. Et puis je suis passé à Mahamoudra qui traite de conscience sans

objet tandis que Vipassana demeure dans la conscience avec objet. Le Mahamoudra, c’est l’amour,

c’est un cheminement où les perturbations ne sont pas abordées de la même manière.

Vous guidez des retraites au centre de Saint-Cosme en Vairais

Oui en effet, depuis février 2018. C’est une chance de partager la pratique de Vipassana, et

également Mahamoudra.

Le fait de guider a fait bouger beaucoup de choses chez moi, et cela m’a focalisé sur une

compréhension liée à l’esprit d’éveil. Et c’est ainsi que j’ai décidé d’intégrer le Programme d’études

bouddhiques approfondies... J’avais échangé à ce sujet avec Jean-Jacques, et il est vrai que suivre

des enseignements aide ensuite à diriger la pratique, donner davantage d’explication dans le cadre

bouddhiste. Je donne facilement l’éclairage laïque, mais il est important de donner les deux. A mon

sens, chacun doit pouvoir trouver ce qui lui correspond, afin de ne pas générer de frustration. Les

retraites sont importantes, car les compréhensions que l’on y puise nourrissent la pratique par la

suite, et elle peut ainsi se renforcer et s’installer dans la vie quotidienne.

 

Tarif de la retraite tout compris pour la semaine

cela comprend l'hébergement, les repas, les participations aux frais (notamment au trajet et séjour de Philippe, à l'entretien de la salle de méditation, l’adhésion à l’association etc)

400 € en chambre

en camping, 350€ tout compris

s'il n'y a pas d'hébergement du tout  300 €

si seulement le repas de midi

- en camping : 250 €

- sans hébergement : 200 €

En cas de difficulté financière il est possible de faire un peu de bénévolat (avant la retraite) pour compenser les frais d’hébergement ou les participations .

la salle de méditation

111038918_3187482134693170_4202993049480
Nous pouvons aussi vous proposer une chambre pour vos retraites personnelles
devant chambre.jpg

chambre de retraite en dessous de la salle de méditation

chambre.jpg